Contenu

Bilan 2015 mission Info Multimodale, et perspectives 2016

10 décembre 2015

En 2015, les actions suivantes ont été menées :
- maintenance du logiciel Chouette : nouvelle version 3 qui techniquement est une version majeure, avec la ré-écriture des fonctions d’ import-export-validation et une version 3.1 qui apporte la validation de données GTFS, une fonctionnalité attendue avec l’ouverture des données de TC. Chouette est de plus en plus utilisée par les opérateurs de transport, et le STIF a retenu pour son nouveau référentiel de données d’offre (back-office info voyageurs) une solution s’appuyant sur Chouette et qui implémentera des profils NeTEx.
- maintenance du logiciel IRYS : nouvelle version du démonstrateur et nouveau client SIRI permettant de valider la conformité des données au schéma SIRI ; là aussi, l’implication des acteurs devient plus forte, notamment les industriels participant à la normalisation
- évolutions de l’annuaire Passim : de moins en moins centré sur les services d’info voyageurs, qui étaient sa raison d’être initiale, dans les évolutions engagées depuis fin 2015, Passim mettra en avant plus les offres de transport et à partir de 2016 le recensement de l’open data
- fin du projet Alpinfonet : le projet a fait des propositions concrètes et prometteuses pour délivrer plus facilement l’information transport aux opérateurs touristiques (s’appuyant entre autres sur Passim), néanmoins les conditions de pérennisation du site pilote ne sont pas établies ; on peut espérer un nouveau projet courant 2016 pour relancer les travaux ;
- mise en place d’une action Cerema sur la publication et la réutilisation des données de trafic routier, qui ne sont pas couvertes par la loi sur l’ouverture des données transport mais sont dans le périmètre plus large de l’ouverture des données publiques : projet Edredon
- contribution aux travaux sur l’ouverture des données de l’AFIMB
- contribution aux réflexions de la Fabrique des Mobilités sur les Communs


Au niveau national et européen, le contexte a beaucoup évolué :
- Ouverture des données : après la publication du rapport Jutand issu du débat sur l’ouverture des données de transport, l’article 4 de la loi Macron adoptée en août (devenu article L1115-1 du code des transports) ; l’ouverture des données est aussi mentionnée dans la loi Notre et sera centrale dans la future loi Lemaire en 2016 ;
- Services d’information multimodale : la plupart des Régions ont mis en place un Système d’information Multimodale (SIM) ; l’ouverture des données vise notamment à permettre à des tiers de construire des applications ou des services d’information déplacements ; dans ce contexte, la priorité est désormais moins sur la définition et la mise en place de SIM, que sur la fourniture de données de référence de qualité et l’articulation du SIM public avec les services privés qui vont se développer dans les mois qui viennent ; l’information temps réel sur les TC et plus largement les services de mobilité reste une priorité ; la mise en place des métropoles et des nouvelles régions dotées d’une compétence transport élargie par les lois MAPAM et NOTRE va structurer l’organisation de l’information multimodale ;
- directive ITS : la directive européenne sur les Systèmes de Transport Intelligent comprend plusieurs volets. La "priorité a" concerne l’accès aux données d’info déplacements. Les travaux en cours coordonnés par la Commission devrait aboutir à un règlement délégué qui oblige chaque état-membre à créer un Point d’Accès National aux données de mobilité ; le périmètre des données concernées devrait être assez proche de celui du code des transport français.

Dans le domaine de l’information multimodale, le ministère du développement durable et de transport (AFIMB) avance en priorité sur les actions suivantes :
- le soutien à la normalisation des données en vue de faciliter les échanges, l’interopérabilité et la publication des données ;
- le suivi de l’application de la loi, avec la mise en place courant 2016 d’un observatoire de l’ouverture des données de transport et la définition du futur Point National d’Accès aux Données de Mobilité demandé par la Directive ITS ;
- une réflexion sur l’architecture des systèmes information multimodale et billettique pour les agglomérations moyennes.
Le CEREMA contribue aux 2 premiers objectifs en participant aux travaux de normalisation et en assurant le pilotage de la maintenance des logiciels Chouette et Irys (qui continueront à évoluer pour faciliter la validation des données), ainsi qu’en recensant les collectivités et les réseaux qui ouvrent leur données. Le catalogage de données se fera en coordination avec la mission Etalab afin qu’il soit facile de retrouver les données de transport (et de trafic) sur le portail data.gouv.fr .

Néanmoins, recenser les données existantes ne suffira pas à réussir l’ouverture des données de transport/mobilité/trafic et à rendre de plus en plus faciles la publication et la réutilisation des données :
- les données (ou API) de même type doivent être disponibles à des formats homogènes (standards) sur tout le territoire ;
- la qualité des données doit progressivement être améliorée ;
- des référentiels de données (permettant d’identifier les arrêts de transport, notamment) doivent être mis en place ;
- de nouveaux standards doivent être inventés pour les données qui ne font pas encore l’objet de normes.
Les acteurs du transport et la mobilité (collectivités, opérateurs) doivent trouver ensemble l’organisation la plus adéquate pour co-produire des données de référence et animer une communauté de la donnée de la mobilité. Le ministère des transports et le Cerema peuvent y contribuer, à leur niveau, l’ADEME et la Fabrique des Mobilités également.


Les actions prévues en 2016 par le Cerema Aix s’inscrivent dans ce cadre, et dans le prolongement des actions 2015. Elles concernent surtout les données multimodales (Transport Collectif, Voirie, Trafic) décrivant l’offre de mobilité mais aussi les outils d’analyse :
- maintenance de Chouette / Irys : voir la feuille de route
- évolution de Passim (recensement de l’open data)
- évolution du projet Edredon vers un portail de connaissances sur les données de trafic routier
- contribution à la normalisation, aux réflexions et aux travaux de la Fabrique des Mobilités
- étude exploratoire sur OpenStreetMap
- maintien de la base ATC
- suivi des développements d’une librairie open source de calcul d’indicateurs de TC qui pourra servir notamment pour analyser l’offre longue distance
- continuation du partenariat avec l’Agence d’urbanisme de Marseille et la DREAL PACA pour la mise en place d’outils opensource d’analyse de l’accessibilité transport
- accompagnement de la DREAL Corse pour la mise en place d’une centrale de mobilité transport avec les collectivités partenaires